Projets

Les défis Nao

A l’origine

En suivant de (très) près les travaux de recherche de Thierry Karsenti, Julien Bugmann et Simon Parent sur l’expérimentation du robot Nao en milieu spécialisé, j’ai découvert un guide qu’il avait publié sur « une première mise en main du robot pour les enseignants ». Intitulé « Guide de Maître Nao pour l’enseignant » (document téléchargeable en bas de l’article), il offre une banque impressionnante d’outils et de démarches pour utiliser le robot  : une vraie mine d’or. Y Sont référencés des défis, gradués par ordre de difficulté d’utilisation des commandes sur Choregraphe. Ludiques et très bien documentés, ces défis m’ont intéressé à plus d’un titre. Même si le projet était lancé depuis plus d’un an, j’y ai trouvé une source d’inspiration afin de construire nos propres défis Nao, par et pour d’autres élèves. Je pense notamment aux élèves de Gilles Tisseraud qui ont eu, eux aussi, l’opportunité (je pourrais dire « la chance ») de connaître Nao. Et puis, j’avais cette idée de mettre en oeuvre des crédits de compétences un peu plus innovants dans ma pratique quotidienne.

Valoriser, valider

« Valider des compétences tout en valorisant des savoirs-faire et des savoirs-être » : telle pourrait être la définition de ces « crédits de compétences ». Activités mises en place dans ma classe, elles sont plutôt appréciées des élèves, qui, par la construction de ressources collectives, coopèrent en mobilisant et mutualisant leurs expériences d’élèves et leur propre vécu. Deux dimensions importantes (certes difficilement évaluables) qui donnent à l’activité une richesse absolue et une force mesurable. Une forme d’activité qui offre une liberté d’expression aux élèves, qui leur donne accès à leurs savoirs sans jugement ni critique, qui performe les relations sociales dans le groupe. Une activité qui ouvre en grand la porte de la créativité et de l’engagement.

Utiliser le contexte « classe »

Ou devrais-je dire « utiliser les forces en puissance », à savoir les élèves. Dès le départ du projet Nao, ils se sont particulièrement investis dans les travaux de recherche et d’expérimentation. Très vite, ils se sont emparés de l’outil informatique, de l’objet technique et de la dimension « sensible ». Très vite, j’ai senti une volonté de leur part d’aller plus loin dans les essais, plus loin dans l’expérimentation et beaucoup plus loin de ce que j’avais anticipé.

Par petits groupes de trois voire quatre élèves, un défi a été imaginé en fonction de l’expérience vécue au cours de la première année d’expérimentation, en fonction des réussites et des difficultés rencontrées. Chaque groupe devait faire une série de proposition de défis. En retour groupe-classe, un tri a été effectué et une graduation des défis en marge de leurs difficultés a été opéré. Ensuite répartis dans les différents groupes, les défis ont été reprogrammés sur Choregraphe, testés sur le robot Nao puis écrits de façon numérique (les documents ont tous été édités grâce à Pages, sur mon Mac perso).

Bien entendu, les défis ont ensuite été testés en groupe classe, chaque groupe testant la carte mission d’un autre groupe. Une façon de boucler l’activité et de faire un bilan sur cette dernière.

Support de travail

Chaque défi se compose de cette façon. Sur la partie recto de la carte on trouve le niveau de difficulté (Rubis pour le défi ci-dessus), la mission à relever, l’indication de défi dans la difficulté du niveau ainsi qu’une aide (une copie d’écran d’une « box » que devront utiliser les élèves pour réussir la mission). Au verso, on y trouve les réponses sous plusieurs formes. Une copie d’écran du programme « faisant fonctionner » le robot et une vidéo en Réalité Augmentée qui permet de visualiser à la fois le comportement du robot tout en suivant le programme mis sur la carte.

En ce qui concerne le document de travail de chaque élève dans le groupe, j’avais besoin d’un support qui puisse à la fois objectiver le travail effectué, celui qui restait à produire, les compétences qu’il souhaitait valider (en lien avec le référentiel des ceintures de compétences) mais aussi savoir comment l’élève avait vécu l’activité, lui demandant de se situer parmi le groupe et de s’auto-évaluer sur son engagement dans la mise en oeuvre du projet et sur son ressenti. Des variables certes difficiles pour un jeune de cet âge mais une formidable possibilité de mieux comprendre les comportements lors de ces défis. Pour mieux les anticiper et trouver des solutions pérennes en cas de difficultés passagères (ou pas).

Ressources et liens
  • Une petite vidéo du rendu de la réalité augmentée attachée au verso de la carte

  • Le document publié par Thierry Karsenti et son équipe, source d’inspiration

Partagez cet article :

One Commnet on “Les défis Nao

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *